Page 4 - Toussaint - Dossier spécial
P. 4
EEEeeAaeeeeeeeeeeeeeeaieeeeeeeeeeeaeeeaeaaeeeeeeeeeeeeaeeeeeeeeeieeeeaeeeaeeeeeaeeeeeeeeeeeeeaeeeeeeeeeaeeeeeeeaeeaeeeeeeueeeeoeeeeeaeeee





UNE CAL̀CHE TIŔE




PAR DEUX CHEVAUX 




LES FUŃRAILLES D’ANTAN REVOIENT LE JOUR



































L
es fuńrailles qui sortent vraiment de l’or- fuńrarium. Ils se sont arr̂t́s pour prendre des les incińration, par exemple, car les cŕmatoriums 
dinaire font l’objet d’une demande margi- photos », se rappelle Michäl Campens, le direc- d’Uccle et de Court-St-Etienne sont ̀ 25 kilom̀tres. 
nale, mais ŕelle de la part des familles. ̀ teur des pompes fuǹbres du m̂me nom. « Pour Cela prendrait beaucoup trop de temps depuis notre 

Braine-le-Cĥteau, pour la premìre fois depuis la plupart, c’́tait la premìre fois qu’ils voyaient fuńrarium. Sans parler de la circulation en ville. 
des d́cennies, une cal̀che du 9e sìcle a servi un tel corbillard. Et aux âńs, cela a ́voqú de Et en n, les roues en fer ne sont pas adapt́es aux 
de corbillard entre le fuńrarium Campens et le vieux souvenirs. »
longs trajets sur le macadam. »
cimetìre.

Un service atypique mais qui a bien fait la pub Par contre, pour les trajets dans l’entit́, entre le 
Quand on dit « cal̀che », on pense de nos jours aux de sa jeune entreprise. Tout remonte au salon fuńrarium, l’́glise et le cimetìre de Braine-le- 
balades pour les touristes qui veulent d́couvrir du fuńraire en juin dernier ̀ Namur. Michäl Cĥteau, c’est nettement moins probĺmatique. « Je 
une ŕgion dans un mode ralenti. Mais cela ́voque Campens avait discut́ avec Toni Fascella, le pa- suis pr̂t ̀ retenter l’exṕrience ! C’est comme si on 

aussi un moyen de locomotion fort priś par les tron des Fuńrailles Donato ̀ La Louvìre, qui lui ́tait retourń dans le pasś, si on revivait une page 
voyageurs et les notables jusqu’au d́but du ving- avait signaĺ qu’il posśdait une cal̀che-corbillard d’histoire. Arriv́ au cimetìre ò s’est tenue la ćŕ- 
tìme sìcle et l’apparition de l’automobile et sa datant de la  n du 19e sìcle, et qu’il pouvait la lui monie civile, les invit́s ont pu nourrir les chevaux, 
production ̀ la châne. Et qui a parfois perduŕ louer s’il en faisait la demande.
les caresser. Le contact a apport́ un ĉt́ apaisant 

bien plus tard, notamment dans nos villages et dans des circonstances au d́part ṕnibles. Cela hu- 
campagnes.
« Quelques semaines plus tard, une famille est venue manise terriblement les fuńrailles. Ce fut vraiment 
me trouver suite ̀ un d́c̀s. Elle voulait des fuń- ḿmorable. Et cela participe aussi ̀ une d́marche 
Normal, d̀s lors, que les corbillards de l’́poque railles qui sortent de l’ordinaire car elle ́tait tr̀s ́cologique que j’appŕcie beaucoup et qui pourrait 

́taient ́galement tiŕs par des chevaux. Les fu- port́e sur la nature. La famille m’avait demand́ si toucher pas mal de familles dans la ŕgion. »
ńrailles en cal̀che ́taient m̂me encore relati- je n’avais pas un cabriolet comme corbillard, ouvert 
vement courantes peu apr̀s la seconde guerre sur le monde ext́rieur. Je leur ai alors propoś la 
mondiale. Mais jusqu’̀ ŕcemment, elles ne sur- cal̀che avec les deux chevaux. Aimant beaucoup 

vivaient plus que dans la ḿmoires des anciens. les animaux, ils ont adoŕ l’id́e. Et e ectivement, 
Elles ont pourtant commenć ̀ refaire des appa- ces fuńrailles ont fait sensation dans Braine-le- En collaboration avec
ritions remarqúes.
Cĥteau. Elles ont marqú les esprits. »


Notamment ̀ Braine-le-Cĥteau, en Brabant wal- Pour autant, ces fuńrailles en cal̀che ne devien- 
lon, au d́but de l’́t́. C’est un nouveau service dront pas un produit standard de l’o re de Michäl 
propoś par les Fuńrailles Campens, pŕsentes Campens. Car il y a des contraintes, d’abord logis- 
depuis deux ans. « Les passants, les automobilistes, tiques. « Avec le transport en remorque de la cal̀che 

les gens dans les ́tablissements ́taient ́bahis et et des chevaux, la pŕparation de l’attelage, etc, cela 
́merveilĺs en voyant la cal̀che et les deux che- prend presque une jourńe. De plus, il n’est pas ques- 
vaux bruns ̀ crinìre noire attendre devant notre
tion de faire de grandes distances. Il faut oublier


4

   2   3   4   5   6